Louis XII Louis XII (1498 - 1515) Création par lettres patentes du Roi des premiers prévôts en Languedoc vraisemblablement vers 1513.
François Ier (1515 - 1547) Devenu gouverneur de Languedoc le 23 mars 1525, le maréchal de France Anne de Montmorency confit des missions de police et de protection des populations à son prévôt le sieur de La Voulte.
Henri II (1547 – 1559) Suppression par l'édit du mois de juin 1554 de tous les prévôts provinciaux, de leurs lieutenants et archers sauf pour 14 provinces dont celle de Languedoc qui est conservée dans toutes ses prérogatives. La même année, les lieutenants criminels, les lieutenants particuliers et ceux de robe-courte furent investis.
Henri IV (1589 – 1610) En 1597 l'effectif de la compagnie de la province est établi comme suit : 1 prévôt général, 1 lieutenant et 13 archers.
Louis XIII (1610 – 1643) Pour faire face aux frais de guerre, Louis XIII multiplia la création de nouveaux offices. Il créa pour la province de Languedoc, par l'Édit de 1639, trois offices de prévôts en chef à Toulouse, Carcassonne et Castres. Pour rendre la fonction attractive, ces nouveaux prévôts furent indépendant du prévôt général. Le roi fixa leur juridiction à la généralité de Toulouse tandis que le prévôt général de la province voyait la sienne réduite à la généralité de Montpellier.
Ce découpage sera  complété par un autre édit du mois de décembre qui scindera la généralité de Montpellier afin de créer un prévôt spécial pour la sénéchaussée de Nîmes et Beaucaire.

  • Montpellier
    • Le prévôt général
      • 1 lieutenant,
      • 1 exempt,
      • 1 greffier,
      • 10 archers.
  • Nîmes :
    • 1 prévôt en chef
      • 1 lieutenant,
      • 1 exempt,
      • 1 greffier,
      • 10 archers.
  • Carcassonne
    • 1 prévôt en chef
      • 1 lieutenant,
      • 1 exempt,
      • 1 greffier,
      • 10 archers.
  • Castres :
    • 1 prévôt en chef
      • 1lieutenant,
      • 1 exempt,
      • 1 greffier,
      • 10 archers.



Louis XIV (1643 – 1715) Un édit de 1659 établit à MONTPELLIER la résidence du prévôt général du Languedoc. Les prévôts en chef se trouvent à nouveau subordonnés au prévôt général mais garde leur titre. La province compte un état-major et six lieutenances. L'effectif global pour la province est de 100 hommes répartis comme suit :

  • Montpellier
    • Le prévôt général
      • 1 lieutenant,
      • 1 procureur du roi,
      • 1 greffier,
      • 1 exempt,
      • 13 archers.
  • Nîmes :
    • 1 capitaine-lieutenant établi en 1693
      • 1 lieutenant,
      • 1 procureur du roi,
      • 1 greffier,
      • 1 exempt,
      • 10 archers.
  • Toulouse :
    • 1 capitaine-lieutenant établi en 1693
      • 1 lieutenant,
      • 1 procureur du roi,
      • 1 greffier,
      • 1 exempt,
      • 10 archers.
  • Carcassonne
    • 1 lieutenant particulier établi en 1693
      • 10 archers.
  • Albi :
    • 1 lieutenant particulier établi en 1693
      • 10 archers.
  • Limoux :
    • 1 lieutenant particulier établi en 1642
      • 4 archers.
  • Vivarais :
    • 1 lieutenant particulier établi en 1684
      • 15 archers.

L'implantation des unités de maréchaussée dans le Languedoc étant insuffisante, 16 diocèsesVoir glossaire sur les 22 que comptait la province, avaient établi des prévôts diocésains, ainsi que des lieutenants, officiers, greffiers et archers pour en disposer à leur gré. Ces personnels, nommés annuellement par les assemblées d'assiettevoir glossaire, ne possédaient ni la compétence, ni moins encore la considération nécessaire pour accomplir leur devoir.

Leur état d'instabilité limité leurs actions à de la routine. Pour donner à cette force l'autorité indispensable à son action, Louis XIV les supprima par l'Édit de mai 1696 et créa à leur place, en titre d'office héréditaire et suivant le même Édit, dans chaque diocèse un prévôt particulier, un lieutenant, un procureur, un commissaire aux monstresVoir glossaire et payeur des gages, un greffier, un exempt. Il créa également 146 archers qu'il répartit de la manière suivante :

Le roi fixa à 50 000 livres le montant annuelle nécessaire au paiement de cette nouvelle troupe. La somme fut répartie sur les vingt-deux diocèses de la province et fut prélevée sur les fonds suivants : les 14 880 livres servant à payer les prévôts, officiers et archer diocésains furent maintenus, 15 600 livres furent prélevées sur les impositions des dépenses imprévues et les 19 520 livres restant furent payées sur de Don gratuit que faisait la province au Roi.

Louis XIV leur attribua en dernier ressort, la connaissance des crimes et délits prévus à l'article 12 de l'ordonnance criminelle d'août 1670 concurremment avec les prévôts des maréchaux et dans le ressort de leur diocèse. Ils pouvaient instruire les procès après avoir fait juger leur compétence dans les présidiaux du lieux où les délits avaient été commis. Ils jouissaient des mêmes privilèges que les prévôts des maréchaux et avaient la qualité de noble et d'écuyer lorsqu'ils étaient en fonction.




Louis XV (1715 – 1774) Par l'Édit de 1720, Louis XV supprime toutes les maréchaussées et crée une maréchaussée unique placée sous l'autorité des maréchaux de France. À compter de cette date, les unités qui composaient la compagnie de maréchaussée de Languedoc, ne furent plus établies selon le découpage administratif de la province, c'est à dire suivant les diocèses, mais elle furent organisées hiérarchiquement autour d'échelon de commandement regroupés par secteur géographique dans la province. Ainsi suivant la déclaration du 9 avril 1720, la compagnie de Languedoc, sous le commandement du prévôt général installé à Montpellier, était composée de 4 lieutenances à savoir Montpellier, Toulouse, Carcassonne et Le Puy en Velay et de 33 brigades.

Le complet de cette compagnie fut fixé à 172 soit un prévôt général, 4 lieutenants, 8 exempts, 9 brigadiers, 17 sous-brigadiers, 132 archers et 1 trompette.


Haut de page
Organigramme en 1720

Montpellier : 1 Prévôt général et 1 trompette

Lieutenance de MONTPELLIER : 12 brigades


Diocèse de Montpellier


Montpellier : Officiers d'épée : 1 lieutenant
Officiers de robe : 1 assesseur, 1 procureur du Roi, 1 greffier
2 brigades commandées par 1 exempt, 1 brigadier, 1 sous-brigadier

Ganges : 1 brigade commandée par un sous-brigadier
Diocèse de Nîmes


Nîmes : 1 brigade commandée par un exempt
1 brigade commandée par un sous-brigadier
Diocèse d'Uzes


Bagnols : 1 brigade commandée par un sous-brigadier

Remoulins : 1 brigade commandée par un sous-brigadier
Diocèse d'Alès


Alès : 1 brigade commandée par un exempt
1 brigade commandée par un sous-brigadier
Diocèse de Lodève


Lodève : 1 brigade commandée par un exempt
Diocèse de Béziers


Béziers : 1 brigade commandée par un brigadier
Diocèse d'Agde


Loupian : 1 brigade commandée par un sous-brigadier

Lieutenance de CARCASSONNE : 7 brigades


Diocèse de Carcassonne


Carcassonne : Officiers d'épée : 1 lieutenant
Officiers de robe : 1 assesseur, 1 procureur du Roi, 1 greffier

1 brigade commandée par 1 sous-brigadier
Diocèse de Mirepoix


Chalabre : 1 brigade commandée par un brigadier
Diocèse d'Aleth


Caudiès : 1 brigade commandée par un sous-brigadier
Diocèse de Narbonne


Narbonne : 1 brigade commandée par un exempt

Sigean : 1 brigade commandée par un brigadier
Diocèse de Castres


Castres : 1 brigade commandée par un sous-brigadier
Diocèse de Saint-Pons


Saint-Pons : 1 brigade commandée par un sous-brigadier

Lieutenance du PUY en VELAY : 7 brigades


Diocèse du Puy


Le Puy : Officiers d'épée : 1 lieutenant
Officiers de robe : 1 assesseur, 1 procureur du Roi, 1 greffier

2 brigades commandées par 1 exempt et 1 sous-brigadier
Diocèse de Viviers


Tournon : 2 brigades commandées par 1 brigadier et 1 sous-brigadier

Aubenas : 1 brigade commandée par un brigadier
Diocèse de Mende


Mende : 1 brigade commandée par un exempt

Privas : 1 brigade commandée par un brigadier

Lieutenance de TOULOUSE : 7 brigades


Diocèse de Toulouse


Toulouse : Officiers d'épée : 1 lieutenant
Officiers de robe : 1 assesseur, 1 procureur du Roi, 1 greffier

2 brigades commandées par 1 brigadier et 1 sous-brigadier

Fronton : 1 brigade commandée par un sous-brigadier

Villefranche : 1 brigade commandée par un sous-brigadier
Diocèse de Lavaur


Lavaur : 1 brigade commandée par un brigadier
Diocèse d'Alby


Alby : 2 brigades commandées par un exempt et un sous-brigadier

Suite à l'Ordonnance du 25 février 1768 par laquelle Louis XV avait ordonné une augmentation de deux-cent brigades pour le royaume, la maréchaussée reçu, par l'ordonnance du 27 décembre 1769, une nouvelle organisation qu'elle conserva presque jusqu'aux dernières années qui ont précédé la révolution.
La résidence du prévôt général fut maintenue à Montpellier. Le pays fut divisé en cinq lieutenances savoir: celles de Montpellier, Nîmes, Le Puy en Velay, Carcassonne, Toulouse. Les brigades ne furent plus réparties en fonction des diocèses mais de la géographie des provinces de telle sorte "qu'elles puissent se porter avec la plus grande promptitude dans tous les endroits où il sera question de rétablir la sûreté publique".  Rattachées aux lieutenance, leur effectif varié suivant l'étendu du distric qu'elles étaient en charge de surveiller.

Les brigades de quatre archers furent commandées par un exempt, celles de trois par un brigadier et celle de deux par un sous-brigadier. Cette nouvelle composition des brigades permettait au roi de créer un plus grand nombre de brigades pour un effectif légèrement supérieur. Le nombre de brigades dans la province passa alors de 33 à 54.


Haut de page
Organigramme en 1774

Montpellier : 1 Prévôt général et 1 trompette

Lieutenance de MONTPELLIER = 8 brigades

Officiers d'épée : 1 lieutenant.
Officiers de robe : 1 assesseur, 1 procureur du Roi, 1 greffier.
Effectif total : 1 lieutenant, 5 exempts, 3 brigadiers, 29 archers.

Lieutenance de NÎMES = 7 brigades

Officiers d'épée : 1 lieutenant.
Officiers de robe : 1 assesseur, 1 procureur du Roi, 1 greffier.
Effectif total : 1 lieutenant, 4 exempts, 3 brigadiers, 25 archers.

Lieutenance de CARCASSONNE = 11 brigades

Officiers d'épée : 1 lieutenant.
Officiers de robe : 1 assesseur, 1 procureur du Roi, 1 greffier.
Effectif total : 1 lieutenant, 3 exempts, 5 brigadiers, 3 sous-brigadiers, 33 archers.

Lieutenance du PUY = 17 brigades

Officiers d'épée : 1 lieutenant.
Officiers de robe : 1 assesseur, 1 procureur du Roi, 1 greffier.
Effectif total : 1 lieutenant, 4 exempts, 6 brigadiers, 7 sous-brigadiers, 48 archers.

Lieutenance du TOULOUSE = 11 brigades

Officiers d'épée : 1 lieutenant.
Officiers de robe : 1 assesseur, 1 procureur du Roi, 1 greffier.
Effectif : 1 lieutenant, 5 exempts, 1 brigadier, 5 sous-brigadiers, 33 archers.


Haut de page
Ordonnance de 1778

Louis XVI (1774 - 1792)Avec l'Ordonnance d'avril 1778, Louis XVI réorganisa pour la dernière fois la maréchaussée. Les grades d'exempt et de sous-brigadier furent supprimés et le titre de cavalier remplaça celui d'archer. Le prévôt général prit rang de lieutenant-colonel de cavalerie, les lieutenants celui de capitaine, les sous-lieutenants celui de lieutenant. Les maréchaux des logis furent assimilés aux maréchaux des logis chef de la cavalerie, les brigadiers aux maréchaux des logis et les cavaliers aux brigadiers de cavalerie.

L'effectif total de la maréchaussée fut fixé à :

Avec quelques ajustements, il résulte, d'un état dressé en 1784, que l'ensemble des compagnies de maréchaussée du royaume, étaient établies en 99 sièges et 520 résidences. Le complet de cette arme à cette date était de 6 inspecteurs généraux, 33 prévôts, 145 lieutenants, 167 sous-lieutenants, 151 maréchaux des logis, 732 brigadiers, 2 649 cavaliers et 33 trompettes. Soit un total 3 876 hommes.

À nouveau composées de 4 hommes, le nombre de brigades pour tout le royaume fut réduit. Celui de la compagnie de maréchaussée de Languedoc passa de 54 à 50 réparties en 47 résidences. Avec le grade de sous-lieutenant apparu également un échelon intermédiaire : la sous-lieutenance.




Haut de page
Droit d'auteur
Licence
Historique du site
Derniers dossiers publiés
Contact
Contactez-nous
Sources
Bibliographie
Archives publiques
Liens externes

Plan du site
La conétablie
La prévôté
Les prévôts de Languedoc
La gendarmerie départementale
La gendarmerie mobile
Chrono-texte
Glossaire
Annexes